Impacts de la nouvelle réglementation du Flunitrazépam sur la consommation d’hypnotiques

Publié le 13 septembre 2011

Victorri-Vigneau et al., Thérapie, 2003

  • Auteurs : C. Victorri-Vigneau, G. Basset, M. Bourin et P. Jolliet
  • Résumé : L’usage détourné du Flunitrazépam a conduit l’Agence française de sécurité sanitaire des produits de santé (Afssaps) à soumettre cette molécule au régime des stupéfiants. Nous avons identifié dans la base de données de la Caisse Primaire d’Assurance Maladie (CPAM) de La Roche-sur-Yon, 738 patients qui ont reçu au moins une délivrance de spécialité à base de Flunitrazépam en janvier 2001 et avons suivi leur consommation d’hypnotiques pendant 8 mois. Soixante-neuf pour cent des patients ont remplacé le Flunitrazépam par un autre médicament sans changement ultérieur. Le résultat le plus surprenant de notre étude est que près de la moitié des patients de notre cohorte a cessé de consommer des hypnotiques au cours des 8 mois de suivi. Plusieurs hypothèses peuvent rendre compte du phénomène observé, mais il semblerait que certains consommateurs aient mis à profit (ou subi) le changement de législation pour arrêter leur consommation d’hypnotiques.
  • Référence : Thérapie 2003 Sep-Oct; 58 (5): 425-430
  • Liens :
    • Résumé sur PubMed
    • Texte intégral sur addictovigilance.fr + (accès restreint aux seuls Centres d’Addictovigilance)
Retour haut de page